Communication Afrique Destinations

PORTRAIT/ YOUSSOU N’DOUR : Le « Roi du mbalax », un  grand ambassadeur de la musique africaine

Youssou N'Dour

Né à Dakar au Sénégal le 1er octobre 1959, Youssou N’Dour compte parmi les artistes-musiciens d’Afrique dont la musique a traversé les frontières de son pays et du continent africain. Par son talent et son travail, il s’est inscrit dans la lignée des grands artistes-musiciens africains de renommée internationale. Sans pour autant quitter son pays auquel il est fondamentalement attaché.

Youssou N’Dour est l’un des rares artistes-musiciens africains à faire une carrière à l’échelle internationale tout en restant de façon quasiment permanente dans son Dakar natal au Sénégal. Sur ce plan, on pourrait bien le comparer à Francis Cabrel en France. A quelques choses près. Cette singularité est l’une des raisons pour lesquelles beaucoup de Sénégalais, voire beaucoup d’Africains aiment celui qui a fait de sa passion et son métier le mbalax. En effet, il a donné à cette musique populaire au Sénégal sur fond de percussions et de danses saccadées tout une autre dimension.

Le parcours de Youssou N’Dour est celui d’un talent précoce. Un surdoué dans son domaine en son temps. On pourrait dire que la transmission s’est faite, comme diraient les traditions africaines, parce que les ancêtres l’ont élu pour perpétuer la tradition. Car si son père Elimane Ndour est ouvrier, en revanche sa mère Ndèye Sokhna Mboup est griotte.

Le petit Youssou N’Dour choisit très tôt sa voix : ce sera le chant et la musique. Au lieu de s’échiner à l’école, c’est ce qui trouve grâce à ses yeux. Sine Dramatique, la troupe théâtrale dans laquelle il fait ses premières armes dès l’âge de 11 ans est le signe qu’il est plutôt passionné par tout autre chose. Le sort auquel ses parents voudraient qu’il se destine n’est point ce qu’il préfère. Mais pour que le destin s’accomplisse, il faut toujours lui montrer ses prédispositions. Avec un parrain, c’est encore mieux. Un certain Pacheco, musicien de son état, membre de Dounia Orchestra flaire l’aptitude du jeune Youssou N’Dour et lui ouvre les portes du célèbre Diamono où officie Charlie Diop. Dès lors, il sait qu’il est désormais à la place où il désirait être. A lui de jouer.

C’est à 13 ans qu’il va se révéler à son pays. En hommage à la mémoire de Papa Semba Diop dit Mba, leader du célébrissime groupe Star Band de Dakar à cette époque, les aînés du groupe Diamono lui font chanter à Saint-Louis un morceau de leur composition pour soutenir la famille du regretté musicien. Une nouvelle étoile est née ce jour-là. Il est parti comme une fusée sur sa rampe de lancement propulsé au-devant de la scène par l’émotion que dégage sa prestation. Youssou N’Dour s’est révélé aux Sénégalais grâce à une géniale idée du groupe Diamono avec lequel il va faire son petit bonhomme de chemin. Jusqu’au moment où les portes de l'Institut des Arts de Dakar vont s’ouvrir à lui pour des cours de solfège.

A partir de 1975, son père qui avait beaucoup tergiversé avant de se résoudre à le laisser vivre sa passion devient son premier manager. Car sa carrière musicale prend une toute nouvelle dimension et le jeune homme a besoin d’être encadré par les siens. Au fil du temps, il quitte Diamono pour rejoindre le nouvel orchestre que, sous la houlette d’Ibra Cassé, le club le Miami a recruté. Sa carrière est ainsi définitivement lancée. En 1979, fort de son ascension, il peut rêver d’une nouvelle aventure et voir plus grand avec d’autres musiciens parmi lesquels le chanteur El Hadj Faye. Ensemble, ils fondent le groupe Etoile de Dakar. Mais en 1981, des dissensions font partir Youssou N’Dour qui crée alors avec d’autres le de groupe Super Etoile de Dakar.

Ce qui a fait la réputation et la réussite de Youssou N’Dour, c’est qu’il est resté à la fois fondamentalement attaché à ses racines musicales tout en y apportant une touche de modernité. A travers son mbalax mâtiné de sonorités nouvelles et modernes, il a inventé le concept de la danse très spectaculaire et non moins suggestive dite « Ventilateur ». Il n’en fallait pas plus pour devenir la star la plus demandée à Dakar à l’occasion de diverses cérémonies et spectacles. A l’instar des griots dont il descend de par sa lignée maternelle, il a pour ainsi dire repris le flambeau. Comme en témoignent sa discographie. Ses morceaux : Immigrés, Live tv, 7 seconds, Kirikou comptent parmi ses chansons les plus connues. La liste de titres de ses albums est longue à égrener.
Meilleur artiste africain en 1996 et meilleur artiste africain du siècle en 1999, Youssou N’Dour est désormais une star africaine reconnue à l’échelle mondiale. Il a été récompensé par les Grammy Awards en 2005 pour son album Egypt dans la catégorie meilleur album de musiques du monde et élevé au titre de Docteur honoris causa de l'Université Yale aux États-Unis en 2011.

Considéré comme le « Roi du mbalax » au Sénégal, le griot des temps modernes est aussi un homme particulièrement engagé dans la vie sociopolitique et économique de son pays. Il est à la tête d’un groupe de presse dénommé Futurs Médias. Proche du Président Macky Sall, il a pris une part active au mouvement anti-Wade qui a précédé la fin du régime de l’ancien Président Abdoulaye Wade. Nommé successivement ministre de la Culture et du Tourisme, ministre du Tourisme et des Loisirs au sein du gouvernement du Premier ministre Abdoul Mbaye, ensuite ministre-conseiller au Président Macky Sall ; le chanteur Youssou N’Dour reste un acteur majeur de la scène sociopolitique sénégalaise.

Par Ousman Mbaye

Ajouter un commentaire

Le code langue du commentaire.

HTML restreint

  • Vous pouvez aligner les images (data-align="center"), mais également les vidéos, citations, etc.
  • Vous pouvez légender les images (data-align="center"), mais également les vidéos, citations, etc.
Communication Afrique Destinations